LE NOUVEAU MANAGER

Pour Daniel Goleman, la capacité d’influence rejoint la capacité à faire coopérer des intrapreneurs au sein d’une organisation du XXI ème siècle.

De moins en moins le statut ou la fonction conditionnent l’influence ou le pouvoir que chacun peut avoir dans son organisation.

Daniel Goleman évoque l’empathie organisationnelle, une capacité à lire entre les lignes, à se projeter dans une logique de progrès permanent et de développer la confiance pour développer son influence réelle.

La formation managériale telle qu’elle a été conçue ces 20 dernières années ne suffit plus !

Comment apprend-on aujourd’hui ? l‘expérientiel a le vent en poupe. Mais comment marcher dans la rue et se regarder marcher en même temps ? (Pirandello).

David Autissier évoque le manager de la 2 ème frontière qui détient de nouvelles clefs : « celui qui a un pied dans les processus de l’organisation, l’autre pied qui teste en douce ».

Il faut oser tout en respectant les règles ! C’est le paradoxe évoqué dans le film Sully , histoire vraie de l’amerrissage non réglementaire sur l’Hudson du vol 1549 de la US Airways.

Comment développer les compétences dans les situations réelles au travail ? Formateurs et managers se renvoient la balle ! Emerge la notion de travail « formatif ».

Au titre des pionnières, Elior encourage depuis plusieurs années déjà les équipes à filmer leurs savoir-faire sur leur portable pour le partager avec les collègues.

La vidéo s’empare de tous les sujets ; à l’automne, Facebook lance une immense campagne de publicité dans les rues des villes américaines, invitant les internautes à se filmer. Résultat : le nombre de personnes faisant des « live » a été multiplié par quatre depuis avril 2016. Pourquoi le monde du travail y échapperait à l’heure où l’on recherche partage, agilité ?

Une autre piste concerne le développement de communautés. Pourquoi ne pas remettre ce sujet dans la zone de responsabilité managériale ? Connaitre les compétences, talents de chacun de ses collaborateurs est une des capacités demandées au manager.  C’est de ce sujet que s’est emparé par exemple Zeebra qui propose en version mobile la possibilité pour un manager d’interagir en direct avec ses collaborateurs sur la base de la qualité des savoirs faire partagés (vidéo, texte, document).

On sort du paradigme classique de la formation et le manager de 2ème génération commence à disposer d’outils d’interaction légitimes sur la qualité du travail, le transfert de compétences, l’intégration des nouveaux ….

En plongeant au cœur de la vie de terrain, il est possible de comprendre les pratiques déployées sur le terrain afin que le travail puisse être mieux réalisé et trouver des solutions aux problèmes rencontrés.

Le manager retrouve des marges de manœuvre en se concentrant sur la valeur ajoutée par chacun de ses collaborateurs et aussi de son équipe globalement par une dynamique d’action, l’auto-organisation et l’utilisation des technologies interactives.

%d blogueurs aiment cette page :